Haut
de page
Retour

Social

Le bien être au travail : question de génération

Nos aïeux étaient dévoués corps et âme à leur entreprise. Ils y sacrifiaient leur vie parfois leur santé. Les nouvelles générations parlent d’équilibre entre vie professionnel et vie privée. D’après de récentes études, il privilégie l’environnement de travail au salaire…

 

Clichés ou réalité ? 

Le concept de « bien être » au travail est-il récent ou a-t-il toujours existé sous une autre forme ? Tentons de démêler le vrai du faux. Il nous semble un peu facile de limiter la réponse à une question de génération. Les jeunes sont peut être plus francs dans leur rapport avec la direction et s’exprime plus ouvertement face à leur hiérarchie.

Le concept de « bien être » au travail est difficile à définir. Il est apparu en réponse aux burn-out, à la souffrance au travail, et aussi suite aux cas tragiques de suicides dans de grandes entreprises.

Bien que les jeunes générations apprécient la salle de sieste, le sport le midi et le flipper, cela ne leur suffit plus. Ils en veulent plus ! Les conditions de travail sont longuement étudiées, le cadre du travail, le télétravail est plébiscité,  les horaires souples sont réclamées. On pourrait résumer leur pensée par :  » Je travaille où je veux et quand je veux ? « . Les entreprises se doivent d’être plus flexibles pour accueillir cette nouvelle génération et les fidéliser.

Les plus anciens bénéficient aussi de ces avantages et se disent « pourquoi pas nous ? ». Ils n’ont pas été précurseurs mais apprécient aussi ces changements au travail.

Il est important de rappeler qu’un salarié heureux et un salarié efficace. Finalement, ces évolutions sont bénéfiques pour le salarié et l’employeur si tout le monde joue le jeu.

Chez Aequitas, nous avons mis en place les horaires souples et proposons aussi le télétravail à nos salariés dont le métier le permet.

Parlez à un expert Aequitas

Contactez-nous